Stieg Larsson, La Reine dans le palais des courants d'air

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Stieg Larsson, La Reine dans le palais des courants d'air

Message par Giwago le Dim 24 Fév - 19:15

Stieg Larsson
La Reine dans le palais des courants d’air






Quatrième de couverture :

Que les lecteurs des deux premiers tomes de la trilogie Millénium ne lisent pas les lignes qui suivent s’ils préfèrent découvrir par eux-mêmes ce troisième volume d’une série rapidement devenue culte.

Le lecteur du deuxième tome l’espérait, son rêve est exaucé : Lisbeth n’est pas morte. Ce n’est pas cependant une raison pour crier victoire : Lisbeth, très mal en point, va rester coincée des semaines à l’hôpital, dans l’incapacité physique de bouger et d’agir. Coincée, elle l’est d’autant plus que pèsent sur elles diverses accusations qui la font placer en isolement par la police. Un ennui de taille : son père, qui la hait et qu’elle a frappé à coups de hache, se trouve dans le même hôpital, un peu en meilleur état qu’elle…

Il n’existe, par ailleurs, aucune raison pour que cessent les activités souterraines de quelques renégats de la Säpo, la police de sûreté. Pour rester cachés, ces gens de l’ombre auront sans doute intérêt à éliminer ceux qui les gênent ou qui savent.

Côté forces du bien, on peut compter sur Mikael Blomkvist, qui, d’une part, aime beaucoup Lisbeth mais ne peut pas la rencontrer, et, d’autre part, commence à concocter un beau scoop sur des secrets d’Etat qui pourraient, par la même occasion, blanchir à jamais Lisbeth. Mikael peut compter certainement sur l’aide d’Armanskij, reste à savoir s’il peut encore faire confiance à Erika Berger, passée maintenant rédactrice en chef d’une publication concurrente.

Mon avis :

Comme pour les deux tome précédents : aimage, adorationnage, dévorationnage, jubilationnage, bref embalationnage total. Le final de cette trilogie qui m’a emballé au plus haut point est un vrai feu d’artifice. Le tour de force de Larsson a été de passer d’un roman policier classique dans le premier tome à un roman d’espionnage dans le dernier tome. Et Dieu sait que je n’aime pas les romans d’espionnage : ils m’ennuient. J’ai aimé au plus haut point dans ce dernier roman le personnage de l’avocate Anika Gianinni, la sœur de Blomkvist, et notamment sa plaidoirie pour la défense de Lisbeth : passage d’anthologie à mon sens. Mon seul regret concernant cette trilogie : c’est bien le fait que ça restera à tout jamais une trilogie. Quoi qu’il en soit je relirais la série dans un futur relativement proche je pense…
avatar
Giwago
Admin

Nombre de messages : 551
Age : 40
Localisation : Longwy
Date d'inscription : 15/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cultureconfiture.conceptbb.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum