Mark Z. Danielewski, La Maison des Feuilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mark Z. Danielewski, La Maison des Feuilles

Message par Giwago le Mer 6 Déc - 17:11

Mark Z. Danielewski
La Maison des Feuilles
Denoël




Quatrième de couverture :


« Je fais encore des cauchemars. D’ailleurs, j’en fais si souvent que je devrais y être habitué depuis le temps. Ce n’est pas le cas. Personne ne s’habitue vraiment aux cauchemars. » Ainsi parle Johnny Errand au seuil de cette Maison des Feuilles, et de poursuivre sa mise en garde : « Ca ne se produit pas immédiatement, mais sans prévenir vous vous apercevrez que les choses ne sont pas telles que vous pensiez qu’elles étaient. »
Livre subversif, livre défendu, le lecteur est prévenu… et bien entendu tenté.

Dans son introduction, Johnny explique comment il a trouvé un mystérieux manuscrit à la mort d’un vieil homme aveugle, décidé de le mettre en forme et de l’annoter de façon très personnelle. Le texte se présente comme un essai sur un film, le Navidson Record, réalisé par Will Navidson, un photoreporter, lauréat du prix Pulitzer. Will, qui vient d’emménager avec sa famille dans une maison en Virginie, filme son installation, réalisant une sorte de « home movie ». Tout s’annonce bien jusqu’à ce qu’il découvre une pièce qui jusqu’alors n’existait pas. Passé l’étonnement, il se rend à une évidence troublante : la maison est plus grande à l’intérieur qu’à l’extérieur. Navidson tente d’explorer les lieux mais, après avoir manqué se perdre, il engage des explorateurs professionnels. L’horreur commence alors. Aussi bien pour les membres de l’expédition que pour le lecteur – lui-même égaré dans le dédale des notes qui envahissent les pages comme un lierre maléfique.
Que cache la maison ? Quel est ce grondement qu’elle émet de temps en temps ? Pourquoi Johnny a-t-il ces cicatrices ? Pourquoi la manuscrit de Zampano semble-t-il le rendre fou ?

A la fois jeu de piste, récit fantastique, dérive personnelle, essai faussement académique, La Maison des Feuilles a pour effet de changer progressivement le lecteur en apprenti sorcier, monteur de salle obscure, détective amateur, spectateur. Une lecture littéralement habitée.


L’auteur :


Fils d’un cinéaste d’avant-garde, Mark Z. Danielewski est né à New York en 1966. Après ses études, il devient ouvreur dans un cinéma, plombier, serveur, etc. C’est alors qu’il a l’idée de ce premier roman, La Maison des Feuilles, qu’il mettra douze ans à écrire. Son texte circule sur internet, où il devient un objet de culte. Un éditeur new-yorkais prend le risque de le publier à deux mille exemplaires. L’édition est épuisée en une semaine. De réédition en réédition, ce livre hors-norme est aujourd’hui un best-seller.
Mark Z. Danielewski habite Los Angeles.


Mon avis:


Qu’on aime ou pas, à mon sens ce livre ne laisse pas indifférent. Pour ma part, je reste très partagé. D’un côté je me suis laissé prendre au jeu de cette maison folle et terriblement angoissante, mais, d’un autre côté j’ai trouvé certains passages beaucoup trop « underground » à mon goût… Je ne sais pas dire si j’ai aimé ou pas ce livre…


Ma note :


14/20


Lien internet :


http://rernould.club.fr/IMAGINAIRE/DanieMai.html

http://findepartie.hautetfort.com/archive/2005/04/27/la_maison_des_feuilles_mark_z.html
avatar
Giwago
Admin

Nombre de messages : 551
Age : 40
Localisation : Longwy
Date d'inscription : 15/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cultureconfiture.conceptbb.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum